Groupes d’entraide pour les parents, qui ont perdu un enfant pendant la grossesse, à la naissance ou peu après

La mortalité infantile

diminue fort heureusement. Néanmoins, selon l’Office fédéral de la statistique plus de 300 enfants mort-nés sont enregistrés chaque année en Suisse, ainsi que plus de 300 nourrissons qui meurent dans leur première année. Après un tel événement les parents se trouvent habituellement à l’hôpital et sont pris en charge dans les premières heures par des médecins, des sagesfemmes ou des aumôniers. Mais que se passe-t-il quand ils rentrent à la maison ? Ils se retrouvent dans la chambre de l’enfant décorée avec soin, avec le moïse, les adorables jouets en peluche et les chaussons tricotés sur la table à langer. Ils voient peut-être la lolette encore posée sur l’oreiller dans le berceau où leur enfant se trouvait. En ce moment les parents réalisent que leur enfant ne dormira jamais, ou jamais plus à cet endroit, que les chaussons tricotés ne seront jamais, ou jamais plus portés. Ils sont alors submergés par leurs sentiments. La douleur, la tristesse et la colère prennent place – leur espérance est détruite, une partie de leur avenir s’est éteint.

.button-5a927f47b5317 { margin-bottom: 15px; margin-top: 0px; min-width: 0px !important; } .button-5a927f47b5317 { background-color:#8dc63f; } .mk-button.button-5a927f47b5317.flat-dimension:hover { background-color:#252525 !important; }
Neuste Beiträge
Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook
Unfall_fsuicide_f